DOLEANCES OU INFORMATIONS?  CLIQUEZ ICI
Lun - Ven: 8:00 - 16:00
Sam-Dim Fermé
+509 4109 8787 / +509 3489 8787
Téléphone
153, Avenue John Brown
Adresse Postale
Donation
Les causes de l'attaque contre Jovenel Moise le 17 octobre dernier

Les causes de l'attaque contre Jovenel Moise le 17 octobre dernier

Internet s’est indigné face aux vidéos de cadavres découverts sous les ordures et rongés par les porcs à La Saline. Un conflit opposant deux gangs rivaux pour le contrôle du marché de ce vaste bidonville a causé un massacre, le 13 novembre dernier, coûtant la vie à une vingtaine de citoyens. La Fondasyon Je Klere dirigée Marie Yolène Gilles a publié un rapport préliminaire sur les faits qui ont conduit à une série d'incidents dont, parmi eux, une attaque perpétrée contre le cortège présidentiel le 17 octobre dernier à Pont-Rouge.

Le rapport, précise Fondasyon Je Klere, a été élaboré sur fonds témoignage des habitants de La Saline qui ont vécu chaque scène de ces affrontements opposant les membres de gangs Nèg Chabon alliés de ceux de Nèg Bwa Dòm et Kafou Labatwa/Fòtouwon. A l’origine de cette division se trouve le marché de La Saline pour qui les deux troupes, qui ont été alliées à une époque, se battent pour le contrôle en l’absence de l’Etat.

« Ils contrôlaient ensemble, dans le passé, le marché de la Croix-Des-Bossales. Ils vivaient tous du marché en collectant, à la place de l‘Etat, les recettes et en rançonnant les hommes et femmes d’affaires de la place », lit-on dans le rapport de l’organisme des Droits de l’homme. Au-delà de cet intérêt pour le marché public de La Saline, les disputes entre ces rivaux sont un prolongement du schisme de la scène politique opposant les membres du pouvoir et ceux de l’opposition, laisse comprendre le rapport.

Le document transmis à la rédaction de Loop Haiti indique :

« Serge ALECTIS alias Ti Junior (Nèg Bwadòm) est devenu proche du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK), notamment du délégué départemental de l’Ouest Joseph Pierre Richard DUPLAN alias Pierrot (ancien maire intérimaire) tandis que Juliot PYRAM alias KIKI et Herve Bonnet Barthélémy alias Bout Jean Jean sont proches de l’opposition, particulièrement du député Lavalas Roger Milien, mais traitent toujours avec le pouvoir en place. Ils ont facilité la rentrée dans la zone de diverses personnalités comme : Thierry Mayard PAUL, Florence Duperval GUILLAUME et celle de la première dame Martine MOISE. »

Le 17 octobre dernier

Jovenel Moise, Jean-Henry Céant et les membres du gouvernement ont dû faire vite au moment de la commémoration de l’assassinat de Jean-Jacques Dessalines. Les images circulant sur le net ont montré les gardes laisser avec difficulté les lieux face à la menace d’une attaque de groupes armés. Herve Bonnet BARTHELEMY alias Bout Jean Jean et Juliot PYRAM alias Kiki sont accusés d’être à la base de cette "attaque", selon FJKL.

Le Président et le Premier ministre ont su, bien avant, que la situation serait difficile, d'après la Fondation de Marie Yolène Gilles. « La dernière visite nocturne du Premier ministre Jean-Henry CEANT avant le 17 octobre 2018 avec l’ex-député Arnel BELIZAIRE comme facilitateur, n’a pas été concluante en raison de contestations de la base. Le Premier ministre et certains membres de son gouvernement n’ont pu quitter leurs véhicules. », toujours selon le rapport de l'organisation.

Des promesses non tenues à l’origine des frustrations

« En premier lieu, le 13 octobre 2017, la première dame Martine MOISE accompagnée du Dr. Greta Roy, la Ministre de la Santé Publique (MSPP) et diverses personnalités dont l’Ambassadeur de Taïwan accrédité en Haïti, Guillaume Cheng-hao Hu et le représentant de la Direction Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement (DINEPA), avait visité la Saline avec le support des groupes armés contrôlés par Bout Jean Jean. Elle avait fait des promesses de réhabilitation du Centre de santé et l’école primaire, lesquelles promesses n’ont pas été tenues », peut-on lire dans le document.

« Deuxièmement, l’opposition avait organisé une conférence de presse à la Saline dans l’enceinte même du centre de santé communautaire le 15 octobre 2018 avec l’appui des mêmes groupes qui avaient accueilli la première dame et sa délégation avant le 17 octobre 2018. Des menaces ont été faites par WhatsApp aux hommes de Fòtouwon précisant qu’ils paieront la hardiesse du 17 octobre au Pont Rouge », poursuit FJKL.

Le 1er novembre 2018, les deux présumés auteurs de l’agression, en l’occurrence Bout Jean Jean et Kiki, sont attaqués dans le corridor de Jèn Kore Jèn alors qu’ils distribuaient de l'argent, accompagnés de quatre individus armés. Kiki a été tué sur le coup tandis que Bout Jean Jean, lui, a été blessé puis arrêté quelques jours plus tard.

« Un des agresseurs est aussi blessé. Il s’agit de Ti Pablo ainsi connu. Il y a eu aussi des victimes innocentes : un jeune de Viva Rio (un danseur de Capouela) et un autre jeune connu sous le nom de Tiga sont tués pour s’être trouvés à la mauvaise place et au mauvais moment. Et depuis, une situation de tension règne dans la zone », rapportent les enquêteurs de l'entité de défense des droits humains.

La Fondasyon Je Klere



La Fondation Je Klere, lancée le 27 avril 2018, à Port-au-Prince, est dirigée par entre autres Marie Yolène Gilles, ex-directrice de programme du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) et Me Samuel Madistin. L'organisation se donne pour mission d'accompagner et d'encadrer la population haïtienne et lutter contre l'injustice sociale et de l'oppression collective. Le conseil d’administration de ladite entité est constitué de Jean Gary Rémy, Me Simson Desenclos, Me Joseph Turin, Ursile Pierre, Spéranta Février, Marie Yolène Gilles, Rachelle Elien, Me Samuel Madistin, Rony Mondestin.

Rappelons que Marie Yolène Gilles a laissé le RNDDH entre avril et mars 2017. Dans une lettre adressée à Pierre Espérance, directeur exécutif de l'institution, soupçonné d'avoir accepté des financements qu’il « aur[ait] dû refuser », madame Gilles eut à souligner: « Les rumeurs de corruption qui se sont révélées vraies, entachent irréparablement l’image de l’institution, réduisant ainsi à néant cette autorité morale que nous avons su gagner au prix fort. »

A suivre...

Suivez-nous sur Facebook

Nos Tweets

Fondation Je Klere / @je_klere

Galerie d'Images

Newsletter

Prière d'entrer votre adresse Email pour vous abonner à notre Lettre d'Informations périodique.

© 2018 Fondation Je Klere (FJKL). Tous Droits Réservés.
153, Avenue John Brown, Lalue, Port-au-Prince, Haïti. +509 4873-4727 / +509 4098-0590
Site propulsé par:GRAFIKLIF-Webalaminute

Recherche

Nos Visiteurs

Nous avons 33 invités et aucun membre en ligne